Veryfriendly, la plateforme de culture LGBT
              

Lisez le Manifeste lesbien !



Vous n'avez pas le moral, votre boss est sexiste, votre girlfriend est toujours dans son placard...voici votre thérapie express : Pauline Londeix et son 'Manifeste Lesbien'.



Le Manifeste lesbien, véritable boîte à outils, est un livre écrit par une lesbienne pour les lesbiennes. Il appelle chacune à questionner de manière radicale son identité et à s’emparer des armes politiques nécessaires pour combattre la lesbophobie institutionnelle et quotidienne, ainsi que l’injonction sociale à l’invisibilité.

Le Manifeste lesbien part du constat suivant : la lesbophobie est omniprésente dans la société dans laquelle nous vivons et ses conséquences sont multiples en termes d’estime de soi, de santé, de législations, etc. Il n’est pour autant pas question de tomber dans un discours de victimisation qui n’aurait pour conséquence que de cristalliser un état de fait plutôt que d’y apporter des réponses.

Des féministes des années 1970, proches des Gouines Rouges de Monique Wittig, déclaraient que le combat des lesbiennes était à l’intersection de celui des féministes et des pédés. Il faut désormais aller plus loin : le combat des lesbiennes est également et fondamentalement indissociable de celui des trans’ et, au-delà encore, de celui de toutes les autres minorités opprimées, de la majorité exploitée.
Prendre acte du passé pour mieux redéfinir les enjeux actuels que soulèvent les questions lesbiennes et se donner un maximum d’armes pour agir, tel est le défi que relève "Le Manifeste lesbien".
Ce livre est donc né de la volonté de regrouper l’ensemble des armes politiques nécessaires pour comprendre dans sa globalité la situation que vivent les lesbiennes, en France et à travers le monde.
Il montre comment la lesbophobie est omniprésent au sein de la société et quelles en sont les répercussions. Il ne s’agit cependant pas de tomber dans un discours de victimisation. L’auteure propose avant tout de mieux appréhender ce que sont la lesbophobie, ses rouages, ses conséquences, afin de pouvoir mieux s’y opposer. Pour ce faire, une succession d’états des lieux est effectuée, abordant les questions de lesbophobie, de « santé lesbienne » et opérant une synthèse des législations en vigueur pour dresser enfin une cartographie de l’activisme lesbien à travers le monde.

Loin des débats académiques déconnectés des réalités sociales, l’auteure laisse à d’autres les questions « Queer ou pas queer ? », « Butch ou fem ? » pour se concentrer sur le point qui relève à ses yeux de la plus grande urgence : agir maintenant, et comment ?

Cet ouvrage, nouveau manifeste du genre, se veut une contribution politique à la question lesbienne, à destination des lesbiennes. Mais il se veut aussi aborder plus largement la question du genre, car l’identité des hétérosexuels, l’identité des gays et l’identité des trans’ ne peuvent être pleinement comprises sans que la position qu’occupent les lesbiennes dans le système politique hétéronormé ne soit resituée historiquement, sociologiquement et politiquement. C’est tout l’enjeu du Manifeste lesbien.

Photo : D.R.

Pauline Londeix a connu personnellement différentes formes de lesbophobie et, concernée comme toutes, elle en a souffert. Cependant, loin d’adopter une posture victimaire, elle estime que ces questions ne peuvent être abordées que sous un seul angle de tir, celui du politique.
Née en 1986 en banlieue parisienne, son engagement politique prend forme dès son plus jeune âge dans les salles d’audience du tribunal de Bobigny, afin de saisir de ses propres yeux une partie des rouages de la machine judiciaire. Elle découvre le milieu des partis politiques, des meetings, des débats, des rassemblements… En 2004, elle prend part au collectif « Une école pour tous-tes », aux côtés notamment de Christine Delphy et de Pierre Tevanian. Son sentiment de « solidarité des minorités » prend alors forme. Un peu plus tard, elle commence à assister aux réunions hebdomadaires d’Act Up-Paris pour ensuite y militer pleinement, particulièrement sur les questions trans’, sur l’homophobie et sur la prévention du VIH chez les LGBT.

Désormais vice-présidente du comité IDAHO et vice-présidente d’Act Up-Paris, elle est fondatrice et membre active du GLR, un groupe activiste lesbien radical, et a pour objectif de participer à la création d’un grand pôle activiste lesbien.







Inscription à la newsletter