Veryfriendly, la plateforme de culture LGBT
              

LC Editions publie "Guillaume Dustan" et bientôt Eric Rémès.... : rencontre avec une nouvelle maison d'édition très gay-friendly !



Avec des titres comme "Guillaume Dustan" ou "Peut-on aimer une morte ?", l'éditeur LC a forcément attiré notre attention. Avec ses précédentes publications, "Facebook,; mon amour" ou "Le club des 27 ans" (sur le thème des chanteurs célèbres morts à 27 ans, comme Amy Winehouse...), l'éditeur s'est inscrit depuis le début dans une actualité et une modernité éditoriale. D'ailleurs, il ne publiait ses premiers titres qu'en version numérique. Mais le voici maintenant dans nos librairies ! Avec des auteurs, thèmes ou histoires très gay-friendly, nous avons voulu en savoir plus, avec Christophe Lucquin, son éditeur.



LC Editions publie "Guillaume Dustan" et bientôt Eric Rémès.... : rencontre avec une nouvelle maison d'édition très gay-friendly !
Quand, comment et pourquoi avoir créé une maison d'édition ?
J’ai lancé LC éditions à la mi-décembre 2010. À l’époque, LC ne proposait que des romans au format numérique. Depuis quelques semaines, elle propose aussi des versions papier en édition limitée et numérotée de certains titres. Pour le moment cinq titres existent en papier. En décembre, deux autres romans les rejoindront. Enfin, d’ici fin décembre/début janvier, les autres titres existants aujourd’hui en numérique sortiront aussi en papier.

J’aime l’édition. Il n’y a rien de plus passionnant et excitant que de frissonner pour un texte, de faire le pari, et de le faire découvrir si possible au plus grand nombre. Aussi, Je voulais donner ma voix. Je voulais avoir la parole et aussi permettre à de nouveaux acteurs de se faire entendre, de nouveaux auteurs, etc…

Quel a été votre parcours dans l'édition, avant LC ?
A l'origine, je n'étais pas du tout dans ce domaine puisque j'étais rédacteur pour le site web d'un magazine. Puis, j'ai démissionné.
Je suis arrivé dans l'édition grâce à une belle rencontre, celle d'une éditrice qui un jour, comme elle le dit, a décidé de miser sur moi, même si je n'avais jamais eu d'expérience dans ce milieu.
Je suis donc devenu son assistant. Et cette éditrice, c'est Anne Marie Métailié des éditions Métailié. Et même si notre collaboration s'est terminée depuis, je lui serai toujours reconnaissant de m'avoir permis de faire mes premiers pas dans ce monde, de rencontrer des auteurs, des personnes fantastiques et surtout de m'avoir fait connaître un métier qui je pense est fait pour moi.

Quelle est la ligne éditoriale de votre maison d'édition ? Quel type de livre éditez-vous ?
C’est très simple, si à la fin d’un texte, je frissonne alors, je ne me pose aucune question, je le publie !
Le rapport à un texte est très important. Je suis très intuitif. Je me fis à ce que je ressens sans me poser de questions. J’aime les textes que l’on vit, tout simplement.

Donc, oui, il s’agit bien de coups de cœur qui intègrent l’une des collections de la maison : Suspense noir, Contemporain, Futur proche, En toute discrétion, entre autres.


LC Editions publie "Guillaume Dustan" et bientôt Eric Rémès.... : rencontre avec une nouvelle maison d'édition très gay-friendly !
La maison d'édition porte vos initiales : est-ce à dire que vous faites des choix très personnels, seuls, en fonction de vous seulement ?
Comme je l’ai dit, les textes publiés sont des coups de cœur. Jusqu’aujourd’hui, tous les textes publiés sont des textes que j’ai choisis et aimés pour différentes raisons.
Mais, je ne suis pas fermé à ce que l’on me propose un texte. Je tiens à avoir le dernier mot. Un roman publié chez LC sera forcément un texte qui m’aura parlé et transporté.

Qui sont les auteurs que vous avez déjà édités ?
Je ne peux pas faire une présentation de chacun des auteurs de la maison, mais une chose est certaine, c’est qu’ils ont tous compris la démarche de LC et qu’ils sont tous des gens ouverts, motivés avec des choses à exprimer.
NDLR : Il faut quand même citer Frédéric Huet, qui avait déjà écrit l'étrange "Ma vie ratée d'Amélie Nothomb" et publie "Guillaume Dustan" chez LC, ou Clarisse Mérigot, auteur de "PRESSE PEOPLE, Récit d'une collaboration toxique", qui publie "Le club des 27 ans" chez LC.

Quel est votre modèle, votre ambition avec une telle entreprise ?
Euh… Je n’ai pas un modèle en particulier… J’aimerais juste pouvoir développer LC, l’installer et que cette maison compte dans le paysage éditorial à l’avenir.
L’ambition est donc réellement de développer la maison. Elle est petite. En faire une grande. L’espoir fait vivre, non ?

Quelle est votre actualité, vos derniers titres ? Pourquoi avoir choisi ceux-là ?
Deux titres vont paraître en décembre. Le premier « Barbares » de Erik Rémès nous raconte le rapt d’un homo en s’inspirant d’un fais divers réel, le rapt d’un jeune juif…
Ce roman est l’exposé scrupuleux et extrêmement violent du rapt d’un homo par une bande de cité (inspirée de la terrible histoire du jeune juif Ilan Halimi et du Gang des Barbares de Youssouf Fofana). C’est violent, dérangeant. Dérangeant, car l’auteur a réussi à atteindre la limite, celle où le lecteur arrive parfois à se mettre du côté du bourreau et non de la victime.
NDLR : Eric Rémès, auteur sulfureux connu pour des positions pro-bareback (relations sans préservatifs) ou sur une affaire de cannibalisme gay (Kannibal) dans les années 2000, mais aussi du "guide du sexe gay".

L’autre, « Chercher Proust ». Le protagoniste est un fan ou plutôt un fou furieux de Marcel Proust. Il ne vit que par lui, sa vie s’organise autour de son œuvre, il se rend même une fois par mois sur sa tombe pour la nettoyer.
Sa vie ne tourne qu’autour de Proust et je n’en dirai pas plus. La suite est à découvrir. C’est un texte plein de finesse et plein d’humour.

Quel est votre livre préféré édité par LC à ce jour ?
Je n’ai pas un titre préféré. Je ne veux pas justifier mes choix. J’ai mes raisons de publier un texte. Et je le répète, quand un texte me touche alors, je me lance.

Quels sont vos projets ?
Dans un futur proche, trouver un diffuseur. Continuer à développer LC. Continuer à publier des textes français et étrangers.cp[

LC Editions publie "Guillaume Dustan" et bientôt Eric Rémès.... : rencontre avec une nouvelle maison d'édition très gay-friendly !
Il y a des titres, des auteurs ou des histoires très gay (Dustan, et donc Rémès et "Proust"...), souhaitez vous en faire une spécialité de LC ?
Ce n'est pas parce que je publie des textes qui parfois peuvent avoir une "thématique" gay que je souhaite développer une maison orientée gay. Pas du tout. Je publie des textes qui me heurtent, qui me touchent, qu'ils soient orientés gay ou pas. LC n'est pas une maison étiquetée.
La majorité des titres ne sont d'ailleurs pas orientés. Ce qui compte pour moi, c'est que le lecteur puisse ressentir des choses, vivre le texte.
Un texte comme "barbares" même s'il est écrit par un personnage comme Erik Rémès qui est gay et le revendique, ne s'adresse pas qu'à un public ciblé. Bien au contraire.
L'auteur de "Chercher Proust" n'est pas gay. Ce n'est pas parce qu'on parle de Proust qu'on est gay ! Et ce texte s'adresse lui aussi à tout le monde.

Pour ce qui est du texte "Guillaume Dustan". Je l'ai publié car il s'agit avant d'un texte qui parle d'amour. Ce n'est pas un texte sur Guillaume Dustan à proprement parler. Et puis, c'est aussi le texte que Frédéric Huet avait promis à Guillaume Dustan, dans sa petite cuisine, il lui a dit un jour :"Est-ce que tu aimerais que j'écrive un texte sur toi quand tu ne seras plus là?" Guillaume Dustan avait répondu "Oui" à Frédéric. Je suis content de publier ce texte simple qui m'a beaucoup touché et qui ne se contente pas de montrer du doigt un personnage que l'on a consciemment jeté en marge en le traitant de virus ambulant. Personnage qui s'est un peu perdu dans son jeu médiatique, certes. Mais il n'en est pas entièrement responsable. A force d'être montré du doigt, on réagit, parfois mal.

Avec deux titres ("Guillaume Dustan" et bientôt l'auteur Eric Rémès) qui font référence à deux personnalités connues pour des positions controversées sur le bareback, - mis aussi avec des titres comme "Peut-on aimer une morte ?" - n'avez vous pas peur de vous créer la polémique ?
Je pense que l'on devrait écouter plus souvent les voix de personnes comme celle d'Erik Rémès qui mettent en garde, qui permettent de prendre conscience de réalité que l'"ordre" veut étouffer. Ce sont des témoignages intéressants. Il ne faut pas faire des raccourcis idiots.
Et en littérature, comme le dit Erik, on est libre de tout dire, c'est un droit et un devoir.

Peut-on aimer une morte ? Est un texte étonnant. Effectivement, le titre peut paraître lugubre mais l'histoire est d'un humour affolant. Un homme se promène le long d'une plage et tombe sur le corps d'une jeune femme qui s'est jetée de la falaise. Il croise son regard et en tombe éperdument amoureux... Alors, peut-on aimer une morte ? C'est la question à laquelle ce que ce roman décalé tente de répondre...

Et non, je n'ai pas peur de créer la polémique. Je m'en fiche. Ce sont les textes qui comptent. Rien d'autre.

LC Editions publie "Guillaume Dustan" et bientôt Eric Rémès.... : rencontre avec une nouvelle maison d'édition très gay-friendly !
Retrouvez très bientôt les chroniques des livres de LC sur Very-friendly.fr.
Et pour plus de détails, vous pouvez faire un petit tour sur le site de la maison : http://lc-editions.com




Inscription à la newsletter