Veryfriendly, la plateforme de culture LGBT
              

#COP21 : comment être écolo quand on est gay... les gays sont-ils écolos ?



L'écologie étant lié à la décroissance, aux produits bons pour la santé, aux diminutions d’émissions polluantes, les homos sont-ils prêts à devenir des bons hommes verts ?
Certes, quand le sexy Mr Hulot nous fait des "alertes environnement", ça donne plus envie de lui prêter notre main verte pour réchauffer la couche d'ozone que de trier ses poubelles avec José Bové ! Comment donc être homo et écolo ? Eh bien, jouissons vert !



Avec les capotes non-biodégradables, les kilos de mouchoirs usés et les tonnes de déchets de la gay pride, on pourrait dire que non ! On les dit à la pointe des tendances, mais ont-ils pris le pli écologique ?


- Consommer moins ? Il vaut mieux commander directement une caisse de champagne au lieu d’un petit kir pêche royal ! Ça fera moins de gâchis. Dites non aux soirées avec verre en plastique, réclamez un vrai verre et ramenez-le au bar sans le briser sur la tête de vos copines !
- Que faire de tout ce papier utilisé pour enlever le sperme collant récolté dans nos nombrils, yeux, oreilles et autres interstices ? Utiliser une serviette de bain que vous vous apprêtiez à laver…
- Et les capotes ? Avez-vous déjà pensé au nombre d'années nécessaires pour biodégrader un condom traditionnel ? Car pour respecter ses contraintes de solidité, des agents sont ajoutés au caoutchouc pour le produire. Problème : il n'est plus du tout écolo. La solution ? Le Condomi, l'ami des géants verts : il répond aux normes européennes, est fabriqué à base d'hévéa (le latex naturel) de première qualité, et donc biodégradable. On peut en sus les accompagner d'un lubrifiant à la sève de l'arbre de kiwi, d'aloé véra, ou de gomme de guar… Mais en aucun cas s’en passer, qui s’occupera de la planète si vous mourrez ?
- La marche des fiertés avec ses camions de 35 tonnes est-elle écologiquement friendly ? Une manifestation d’envergure n’est jamais sans effet sur l’environnement. Mais si l’on prend en compte la réduction de la circulation due au défilé, les 35t réduisent les émissions de CO2 totales. Le vrai problème est au niveau des déchets : tracts, bouteilles de soda ou de bière, soutien-gorge perdus ou plumes égarées provoquent une pollution à retardement. La mairie de Paris a tout prévu pour ce genre de manifestation (comme la techno-parade…) : 25 éboueurs, 1 benne de collecte spéciale, 6 laveuses et 8 aspiratrices de chaussée, 1 chargeuse sur pneus, 1 camion porteur de caisson BLM et 12 véhicules pour le transport du personnel… De plus, la compagnie Eau de Paris distribue entre 7000 et 10000 litres d’eau du robinet et entre 25 et 30000 gobelets recyclables pendant la Pride. Un litre d’eau de Paris est mille fois moins émetteur de gaz à effet de serre que de l’eau en bouteille ! Si l’on ajoute certains tracts en papier recyclable, les carrioles de poneys (on en a vu, si, si !) et les vélos, il n’y a que l’échauffement collectif dû aux frottements et à la colère dépensée pendant des heures qui ait un impact sur le réchauffement climatique !
- Les sex-toys sont amusants, OK, mais sont-ils écolos ? Bof, bof : les sex-toys avec phtalates ! On oublie ! Il s'avère que la plupart sont bourrés de ce produit chimique qui a pour objet d'adoucir le plastique. Mais pas la pente qui mène vers le chaos environnemental.
Boules de geisha, godemichés ou plugs, préférez plutôt tous les sex-toys non vibrants, soit la majorité des joujoux d'amour.
Vous restez malgré tout, fan de vibro ? Bien, mais préférez donc un joujou garanti sans piles qui fonctionne au solaire. Comme le canard "I Rub My Duckie" ou le "Rabbit Habit", tous deux en élastomère. Mais celui qu'on préfère, c'est le Solar Vibe, rechargeable au soleil : 7 heures de chargement pour une heure de plaisir… Ou pensez aux piles rechargeables pour ne pas rejeter trop de métaux lourds dans la nature quand vous les aurez entièrement consommées...
- Les vrais sex-toys écolos sont ceux que l’on appelle par un pudique anglicisme : les "vegetables". Autrement dit "les légumes"… Quand Lynda Lemay évoque son petit "dégonflé" de mari (« Bande de dégonflés »), elle dit que pour y remédier, "y'a des carottes" si besoin… 100 % bio selon le marché, biodégradables et rigolos. Ou quand le sexe devient une vraiment un pêché gourmand…
- Et le poppers, est-il nuisible à l’environnement ? Vasodilatateur composé de nitrites d'alkyles aliphatiques, il faudrait des dizaines de milliers de bouteilles ouvertes en même temps et tous les jours, tout le temps, pour (nous rendre dingues, oui..) avoir un impact sur l’environnement… Ce n’est pas demain !
- Pour décupler les plaisirs de bouche et autres délices, préférez les dîners aux chandelles avec passion et (dé)raison. En effet, chaque dîner aux chandelles est en soi un geste écolo (qui de surcroît permet de limiter la facture d'électricité)… Qui a dit que le gay n’était pas romantique. Et toutes les ampoules économisées dans les back-room alors : very écolo ! Rajoutons à cela le fait de vivre d’amour et d’eau fraîche (de source et sans nitrates bien entendu), et hop ! L'affaire est dans le sac !
ET ENCORE : Pensez aussi à la lingerie écolo (les strings mangeables ou en coton bio), les sorties écolo (avec ses jus de fruits bio dans les bars), les huiles de massages bios : tout existe aujourd’hui pour faire de nous des parfaits green-addicts, respectueux de l’environnement, tout comme nous aimerions être respectés !



Inscription à la newsletter